lundi 12 juin 2017

L'auberge de la Jamaïque de Daphné du Maurier



Daphné du Maurier, L'auberge de la Jamaïque, Paris : Le livre de Poche, 439 pages, 1941.


Quatrième de couverture : "Orpheline et pauvre, Mary Yellan n’a pas d’autre ressource que de quitter le pays de son enfance pour aller vivre chez sa tante, mariée à un aubergiste, sur une côte désolée. Dès son arrivée à l’Auberge de la Jamaïque, Mary soupçonne de terrifiants mystères. Cette tante qu’elle a connue jeune et gaie n’est plus qu’une malheureuse, terrorisée par Joss, son époux, un ivrogne menaçant, qui enjoint à Mary de ne pas poser de questions sur les visiteurs de l’auberge. Auberge dans laquelle, d’ailleurs, aucun vrai voyageur ne s’est arrêté depuis longtemps… De terribles épreuves attendent la jeune fille..."


Mary Yellan, paysanne de 23 ans, vit en Angleterre au 19e siècle. Sur son lit de mort, sa mère insiste pour qu'elle aille chez sa Tante Patience après son décès, ce que la jeune fille accepte. Néanmoins, elle laisse la ferme de ses parents avec beaucoup de regrets. Tante Patience s'est mariée avec Joss Merlyn. Ils tiennent ensemble l'auberge de la Jamaïque. Avant même que Mary atteigne l'auberge, elle rencontre des personnes qui l'avertissent que l'auberge est un lieu de malheur. Les voyageurs et les chevaux ne s'y arrêtent plus car son oncle a une très mauvaise réputation. Daphné du Maurier plante ainsi le décor dans les premiers chapitres.

On découvre rapidement que tante Patience est une femme terrorisée et soumise à son mari. L'oncle fréquente en réalité des vagabonds et des brigands. Mary a du caractère, elle ne se laisse pas impressionnée par son oncle et par ses amis. Elle est surtout très curieuse et découvre rapidement qu'il fait du trafic. Au début, elle ignore de quoi il s'agit mais elle va vite le découvrir.

J'ai apprécié ce roman, car l'auteur réussit à nous tenir en haleine jusqu'au bout. Je n'ai pas lâché le roman car je voulais absolument savoir ce que trafiquait l'oncle Joss.  Les paysages sont si bien décrits : les landes, le vent, la pluie, l'auberge isolée qu'on est rapidement plongé  dans cette atmosphère si particulière. Il y a également un lien fort avec la mer. Il y a peu de personnages et on se demande qui tire vraiment les ficelles. 

L'auteur insiste un peu trop à mon goût sur le rôle de la femme qui doit se tenir aux fourneaux, cela décrédibilise un peu l'intrigue à certains moments car elle le mentionne à plusieurs reprises. 

Malgré ce détail, je dirai que c'est encore un "bon cru" de Daphné du Maurier. Je suis ravie d'avoir découvert ce roman dans le cadre du mois anglais, cela faisait un certain moment que je voulais le lire, c'était l'occasion idéale. 






Livre lu,pour le mois anglais organisé par Lou et Cryssilda lecture commune Daphné du Maurier 








3 commentaires:

  1. et bin tout un cru...cela donne envie....oui et dans les jamaiques....belle aventure...

    RépondreSupprimer
  2. Aaaaah ! En te lisant, je me frotte les mains à l'avance à l'idée de découvrir ce roman ! Elle est vraiment très forte Daphne du Maurier pour nous tenir en haleine jusqu'au bout. Quel plaisir de la lire pour ça !

    RépondreSupprimer
  3. Oh oui, encore un bon cru Du Maurier !! j'avais été gênée par la même chose que toi mais dans l'ensemble, j'en garde un Très Bon souvenir. N°3 dans mon top 3 de Du Maurier, pour le moment !

    RépondreSupprimer